Journal

Légionelles Légionelles – Où les trouve-t-on ? Comment peut-on s’en protéger ?

Qu’est-ce qu’une légionelle ? Quel risque représente-t-elle ?

Les légionelles (Legionella spp.) sont des bactéries hydriques qui se déclinent en plus de 40 espèces. Legionella pneumophila, responsable de la maladie du légionnaire, est l'agent pathogène le plus commun. Cette maladie a été nommée ainsi suite à une épidémie qui a frappé en 1976 les légionnaires américains réunis à Philadelphie, aux États-Unis. Forme grave de pneumonie, elle peut être mortelle. La période d'incubation de la maladie du légionnaire va de deux à dix jours. La fièvre de Pontiac qui se traduit par un syndrome pseudo-grippal est une autre maladie infectieuse causée par les légionelles. L’évolution de cette affection est, la plupart du temps, bénigne. Selon l'Agence fédérale pour l'environnement, 20 000 à 30 000 personnes en Allemagne contractent chaque année une pneumonie due à des légionnelles pouvant entraîner une mortalité dans 15% des cas.

Où trouve-t-on des légionelles ?

La mauvaise qualité de l'eau potable est due, entre autres, aux facteurs suivants : Des canalisations mortes (tronçons de canalisation sans robinet fonctionnel) ; un système d'eau chaude dysfonctionnel ; de l'eau chargée de germes qui reflue des eaux usées vers la zone d'eau douce ; des sources de germes dans le réservoir d'eau/chauffe-eau ; une température de l'eau incorrecte (eau trop froide dans les canalisations d'eau chaude ; eau trop chaude dans les canalisations d'eau froide) ; de l'eau stagnante en raison de fermetures telles que des fermetures temporaires ; des phases de construction ; ou lorsque l'eau n'est pas prélevée régulièrement sur le réseau d'eau potable.

Les légionelles sont des bactéries typiquement environnementales qui se développent dans l'eau. Elles sont fréquentes dans les eaux de surface telles que les rivières et les lacs, dans les eaux souterraines mais aussi dans l'eau potable. Le système de tuyauterie où règne une température comprise entre 25°C à 45°C constitue un lieu de reproduction idéal. Les légionelles sont présentes non seulement dans l'eau chaude mais aussi dans l'eau froide [1]. Cependant, elles se multiplient peu à des températures inférieures à 20°C. Elles sont dotées de flagelles unipolaires qui leur confèrent une parfaite mobilité dans un environnement liquide.

Par le biais de l’aérosolisation produite pendant une douche, les légionelles peuvent pénétrer dans les poumons de l’être humain et déclencher une légionellose. Dans les bâtiments publics, tels que les piscines ou les bâtiments à usage professionnel comme les hôtels ou les complexes résidentiels, le risque d'infection est particulièrement élevé. Aucun cas de transmission directe entre deux personnes n’a, jusqu’à présent, été recensé.

Contrairement à Pseudomonas aeruginosa, les légionelles ne forment pas de biofilms. Cependant, le biofilm leur offre des conditions de vie et une protection optimales contre les influences environnementales telles que le chlore, les rayons UV et les températures élevées. Elles ont développé une stratégie sophistiquée pour se multiplier et se répandre : elles se multiplient dans des cellules hôtes telles que les amibes par exemple qui, en principe, sont leurs prédateurs naturels. Les amibes encapsulent les légionelles et leur offrent ainsi une protection supplémentaire. Après leur reproduction intracellulaire, les amibes éclatent et les légionelles sont libérées dans l'eau du robinet. C'est la raison pour laquelle les analyses de l’eau mettent à jour des concentrations très différentes.

Réglementation – Directive sur l’eau potable

L’analyse de l’eau potable sur la présence de légionelles dans les grandes installations de production d’eau chaude potable publiques et privées a été imposée par la directive allemande modifiée sur l'eau potable (TrinkwV - Trinkwasserverordnung) de 2011. La directive modifiée sur l'eau potable de 2011 prévoit la prise de certaines mesures si la présence de légionelles dépasse 100 UFC / 100 ml*. Les mesures à prendre en cas de dépassement de la valeur limite sont détaillées dans la circulaire W 551 de l'Association allemande de l'industrie du gaz et de l'eau (Deutscher Verein des Gas- und Wasserfaches – DVGW). En cas de contamination particulièrement élevée, une interdiction de douche peut être prononcée par l'autorité sanitaire compétente.

 

* UFC signifie « unités formant colonies » et constitue une valeur utilisée pour quantifier les microorganismes tels que les légionelles.
[1] Institut Robert Koch, RKI-Ratgeber für Ärzte – Legionellose, Epidemiologisches Bulletin, 2013(8) (IRK – Guide pour les médecins – Légionellose, bulletin épidémiologique, 2013(8)) : p 61-70